Voici un texte qui accompagne le premier dessin de ma série réalisée pour mon projet de curiosités parisiennes. Je l'ai pensé comme un alphabet qui démarre comme toute chose par une envie, une mise en appétit…

Lundi 10 mars 2014

Il est 19h45 quand je passe devant la vitrine éclairée aux canards laqués du restaurant "Fleur de mai" avenue d'Ivry dans le XIIIe. J'aime la simplicité de ces petites devantures un peu kitsch mais efficace. On y voit le cuisinier préparer les plats depuis la rue, comme si j'étais invitée dans son antre… C'est que j'avais envie de démarrer ce carnet avec quelque chose d'appétissant. La cuisine asiatique de mon quartier m'est tout de suite apparue comme une bonne introduction.

Après avoir demandé l'autorisation de dessiner au patron, je m'installe debout dehors, en prenant soin de voir quelques clients. Je reste là peut-être deux bonnes heures, à danser parfois d'un pied sur l'autre, pour me réchauffer un peu dans cette fin d'hiver saisissante.
Un des employés, curieux, vient régulièrement me voir. Il se demande bien pourquoi je ne fais pas une photo "ça va plus vite non ?". De jeunes ados à fière allure passent aussi, se moquent ouvertement, puis s'approchent quand même un peu. Le plus téméraire lance : "Ah ouais, chan-mé… Respect Madame ! Vraiment". Puis entame une réflexion sur l'utilité de l'art… Pour conclure : "En fait ça sert à rien" Je réponds que "Non, ça ne sert à rien, c'est vrai… Mais c'est essentiel". Les jeunes maîtres du monde de ce soir repartent pensifs.
Le chef a pitié de moi quand je rentre enfin dans le petit espace dédié aux clients. Il me sert un thé brûlant, puis me propose de m'offrir une soupe. Chacun leur tour, ils viennent voir ce que j'ai fait. Discutent en chinois et me posent des questions sur mon étrange idée de choisir leur vitrine pour sujet, désormais plus amusés qu'inquiets.
Le dernier client s'en va avec son plat à emporter. Le cuisinier nettoie de fond en comble sa gazière et ses plateaux. On est tous un peu fatigués. Mais rassérénée par la soupe et cette soirée d'échanges que m'a permis ce dessin. Rien de tel qu'une petite escapade exotique dans son quartier, le temps de quelques traits en noir et blanc.

A comme Appétit

Partager cet article

Repost 0